Vie de merde - Le forum / Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

#26 30/12/2016 15:16:48

Aujourdhuit
Lieu : 962095,
Inscrit le : 9 juin 2011
Messages : 5708
Site web

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Parce que je ne serai sans doute pas là le premier, je me permets de lancer maintenant la première semaine du projet Bradbury.

Pour rappel, la consigne est :

2017. 1 - une histoire intitulée : "Un nouveau commencement" (ou "Un nouveau début", "A New Beginning" en v.o).

Unique règle : Faire précéder votre texte de la mention 2017.1 pour qu'on sache tous à quelle consigne vous répondez (ça a l'air évident maintenant, mais imaginez d'ici quelques temps lorsque les textes se croiseront).

Allez, on digère ses plats de fêtes, on choppe le premier stylo/crayon/clavier/machine à écrire/tablette d'argile qu'on trouve et c'est partiiii ! \o\


«  Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »
Erik Satie

Projet Bradbury, écriture participative, c'est par ici !

Hors ligne

 

Tardian aime ça.

#27 30/12/2016 16:30:05

Femme
Modérateur
Lieu : Val d'Oise,
Inscrit le : 1 février 2016
Messages : 1463

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

2017. 1 - une histoire intitulée : "un nouveau commencement"

Spoiler : Afficher


Premier janvier. Jean-Charles se réveille, une douleur atroce dans le bas du ventre et dans le dos. Il se retourne dans son lit, se met en position fœtale, mais c’est pire car s’ajoute une soudaine envie de vomir. Précipitamment, il se redresse et s’apprête à aller dans la salle de bain... mais ses jambes ne le tiennent pas et il manque de se casser la figure. Qu’est-ce qu’il se passe ?

Nouvelle vague de douleur. Celle-ci le fait gémir. Pourtant c’est con : gémir ne va pas le soulager ! Allez savoir pourquoi, dans certaines situations des sons sortent de notre bouche, comme s’ils étaient indépendants. Les râles des vivants…

Penser à autre chose lui fait un peu oublier la douleur. Sauf que quand il est conscient du subterfuge, difficile de s’en resservir dans l’immédiat. Quel con ! Arg… Il va crever, c’est pas possible autrement ! On va le retrouver dans dix jours parce que les voisins auront appelé à cause de l’odeur, et ils vont voir qu’il se met du vernis sur les pieds ; la honte ! Remarque, s’il est mort, il s’en fiche. Mais quand même, il se dit que c’est une bonne raison pour pas crever maintenant.

Ah ! Il a envie de faire caca. Au moins il a une idée de ce qui pourrait le soulager. Il retente de se lever mais rien à faire. Il enlève son bas de pyj’, c’est toujours ça de fait. Et il pousse. Fort. Tant pis pour la merde dans le lit, il a absolument besoin de pousser là, tout de suite. Et pousser le soulage.

Il y a cependant eu un changement dans son corps. Et soudain il fait le lien : un déni de grossesse.

Pousser.

Une nouvelle contraction, une nouvelle poussée, et le bébé est là, dans son lit. Il ne pleure pas mais quand il le soulève l'enfant le scrute, sourcils froncés, le regard chargé de reproches, l’air de dire « Alors comme ça tu pensais que j’étais un gros caca ?! ». Fais pas trop le malin, c’est à lui de te choisir un prénom ! (Conseil de narrateur.)

Tu les ouvres ces poumons, oui ou merde ? Ah, apparemment c’est oui. Un cri perçant sort de la petite bouche bleue. Le SAMU. Appeler le SAMU. Il attrape son téléphone portable et compose le numéro. Un téléphone sans fil et un enfant avec. D’ailleurs faudrait trouver de quoi clamper le cordon. *Nous allons prendre votre appel, ne quittez pas.* (Identifiez-vous pour voir le lien)

Comment il va expliquer ça ? Pas le temps de cogiter, quelqu’un parle. «Ici le SAMU, bonjour ! Quelle est la raison de votre appel ?
— Heu… Bonjour… Je viens d’accoucher chez moi… Je ne savais pas que j’étais enceinte…
— D’accord Monsieur. Le bébé est vivant ? Vous êtes seul chez vous ?
— Oui. Mais je n’ai rien pour clamper le cordon et je ne peux pas marcher.
— Donnez-moi votre adresse, je vous envoie une équipe tout de suite. Mettez le bébé contre vous pour le garder au chaud.


Dans le camion du SMUR, le médecin lui fait répéter l’histoire. Non, il ne se doutait pas qu’il était enceinte. Non il ne sait pas encore s’il veut le garder. Excusez-le mais il vient d’accoucher seul d’un enfant qu’il ne savait pas être dans son ventre cinq minutes avant ; il a besoin de quelques heures pour poser tout à plat et voir ce qui est le mieux pour eux deux. Zut. (Identifiez-vous pour voir le lien)


Une chambre d’hôpital. Le bébé dort dans un petit lit en plastique transparent, à côté de lui. Ça fait une heure qu’il le regarde dormir. Il est un peu moins moche que tout à l’heure mais ce n’est pas encore ça. Dans sa tête, les questions fusent, en passant du coq à l’âne : « Est-ce que c’est le fait de passer neuf mois dans du liquide qui rend les bébés fripés ? Comment j’ai pu ne pas me rendre compte que j’étais enceinte ? Je n’ai pas de vêtements de bébé. Il n’est quand même pas sorti par… » Non, il préfère ne plus penser à cette dernière question. (Identifiez-vous pour voir le lien)

Il veut le garder auprès de lui. Le protéger. Il veut lui faire oublier qu’il l’a ignoré pendant de si longs mois. Il le prend dans ses bras et est envahi d’une bouffée d’amour.


Premier janvier. Jean-Charles se réveille. Paniqué, il cherche son bébé. Il soulève la couette, regarde même sous le lit. Rien. Il est dans sa chambre, chez lui. Les murs blancs de l’hôpital ont disparu, le berceau avec. Et il réalise petit à petit qu’il n’a jamais été enceinte et que ce bébé n’a jamais existé. Pourtant il y a comme un vide dans ses bras et il a envie de pleurer.


Dans la cuisine, sa compagne se fait un chocolat. Elle l’aperçoit, lui souhaite une bonne année et, remarquant son air lointain, tente de le faire sourire en lui disant « Tu as bougé et pété toute la nuit. Tu m’as rappelé cette blague du mec qui rentre bourré et rêve qu’il est une poule (Identifiez-vous pour voir le lien) ! (Identifiez-vous pour voir le lien) ». Il bouge les commissures des lèvres, mais le cœur n’y est pas vraiment. « Bon, alors peut-être que cette nouvelle te réjouira plus : je suis enceinte (Identifiez-vous pour voir le lien) ! »


You are running on my bin.

Hors ligne

 

#28 31/12/2016 10:52:43

Homme
Aujourd'hui, je sais l'écrire.
Lieu : Kapouet,
Inscrit le : 20 mai 2009
Messages : 13783

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

J'ai commencé à écrire un petit texte totalement WTF et c'est là que je me rends compte à quel point j'ai régressé dans mon niveau d'écriture.
Sérieux, je relisais l'autre jour des nouvelles que j'ai écrites à 15-16 ans et j'écrivais limite mieux, ça fait peur. Mais bon, je me dis qu'on verra peut-être une évolution au fur et à mesure de l'année, donc ça me motive pas mal. big_smile

Je vais essayer de terminer ça d'ici la semaine prochaine si l'inspiration est toujours présente, ça fait vachement du bien après plusieurs heures d'études de se poser dans son lit, l'ordi sur les genoux et le casque vissé sur les oreilles, et de se mettre à écrire.


I want to fly / I want to feel my life / Still belongs to me no matter what
I want to fly / I want to flap my wings / And cause a hurricane in your heart

Hors ligne

 

Tardian aime ça.

#29 31/12/2016 11:29:00

Aujourdhuit
Lieu : 962095,
Inscrit le : 9 juin 2011
Messages : 5708
Site web

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Oui, c'est justement l'occasion de re-pratiquer et donc de progresser. Hâte de te lire, Yosu !

Sinon, pour les curieux, ma participation est lisible sur Scribay :

2017.1 - A New Beginning (Identifiez-vous pour voir le lien) (Je le trouvais un peu long pour être c/c, mais je peux le faire, si vous préférez).
Le pire c'est que c'est un texte qui parle de résolutions. tongue

Bon réveillon à vous !


«  Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »
Erik Satie

Projet Bradbury, écriture participative, c'est par ici !

Hors ligne

 

#30 31/12/2016 11:44:16

Homme
Aujourd'hui, je sais l'écrire.
Lieu : ,
Inscrit le : 27 août 2012
Messages : 20534

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Juste une petite coquille à mon avis.

Kim_Kong a écrit :

Premier janvier. Jean-Charles se réveille, une douleur atroce dans le bas du ventre et dans le dos. Il me retourne dans son lit, ...

J'ai adoré.

Et ça me donne envie de participer aussi.
Je vais jeter un œil aux sujets pour voir si certains m'inspirent.   smile

Hors ligne

 

Hendiadyn, Tardian aiment ça.

#31 31/12/2016 11:52:05

Aujourdhuit
Lieu : 962095,
Inscrit le : 9 juin 2011
Messages : 5708
Site web

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Et entre temps, j'ai découvert le texte de Kim.
Autre petite coquille, qui a dû t'échapper :

Quelle con !

C'est prenant, fantaisiste, j'aime beaucoup le style direct que tu emploies. Faire naturel dans l'écriture, c'est quelque chose de difficile, ça fait très rapidement surjoué, et je trouve que tu t'en sors très bien. Mention spéciale pour :

Il est un peu moins moche que tout à l’heure mais ce n’est pas encore ça.

D'autres phrases semblent peut-être moins nécessaires ou sont du moins un peu moins fluides (l'injonction au bébé de pas faire le malin).

Il y a aussi un autre truc que je trouve vraiment réussi, c'est le passage du bizarroïde et humoristique à l'émotion, avec la tristesse du personnage qui se réveille et a envie de pleurer. Le retour à la réalité est un peu brutal, après ça !

(En revanche, étant au boulot, je n'ai pas pu cliquer sur les liens, désolée de ne pas avoir fait honneur à l'interactivité du texte big_smile).

Dernière modification par Hendiadyn (31/12/2016 11:52:17)


«  Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »
Erik Satie

Projet Bradbury, écriture participative, c'est par ici !

Hors ligne

 

#32 31/12/2016 15:36:42

Femme
Modérateur
Lieu : Val d'Oise,
Inscrit le : 1 février 2016
Messages : 1463

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Yosuke : tu as 10 ans de plus, c'est normal que ton style d'écriture change, ça ne veut pas forcément dire que ce sera moins bien. Quoi qu'il en soit, j'aimerais lire tes textes. smile

Alprazolam et Hendiadyn :merci pour les coquilles. C'est corrigé !

Hendiadyn : je ne sais pas pourquoi, je suis attachée à cette phrase (de l'injonction du prénom). J'ai essayé de la reformuler mais je ne parviens pas à mieux l'intégrer. Pour la brutalité du second réveil, c'est le but, donc tant mieux si c'est comme ça que tu l'as senti. smile
Le projet a commencé début décembre, sur le blog ? Donc on peut lire tes textes en avance ? big_smile
Concernant ton texte, je n'ai pas les compétences nécessaires pour vraiment l'analyser. Je peux en revanche te dire que j'ai beaucoup aimé sa réalité. C'est fluide et on attend la suite. La seule petite chose qui m'a fait tiquer est qu'au bout de 2 ans il termine à peine son bullet journal. Mais peut-être a-t-il un très très gros cahier ou n'écrit-il pas toutes les pages, donc ce n'est pas impossible.


Merci pour vos remarques ; n'hésitez pas à critiquer, c'est aussi ce qui me fait avancer. smile


You are running on my bin.

Hors ligne

 

#33 01/01/2017 00:55:04

Femme
Aujourduit
Lieu : Plouc-sur-Loire,
Inscrit le : 17 août 2015
Messages : 4589

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Hendi : Encore un texte que j'ai apprécié...

Spoiler : Afficher

Mais il est un peu trop "réaliste" (proche de ma réalité) pour que je l'apprécie à sa juste mesure hmm .



J'ai TROP d'idées différentes pour "Nouveau commencement" , et je redoute de ne pas avoir le temps d'en mener aucune à terme ... A l'instar de mes envois de voeux, j'espère juste avoir un peu avancé d'ici le 31 wink.


La plus fastidieuse étape du deuil, qu'aucun "psy" n'a jamais prise en compte : la paperasse !

Hors ligne

 

#34 01/01/2017 04:58:03

Homme
Aujourd'huit
Lieu : Pontgouin (28),
Inscrit le : 27 janvier 2012
Messages : 8627

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

2017. 1 - une histoire intitulée : "Un nouveau commencement"

Spoiler : Afficher

Tandis que les toutes dernières flammes s'éteignent sans un bruit, laissant place à quelques fumerolles grises, tous les souvenirs liés à ce lieu me reviennent un à un. Cela faisait si longtemps que j'habitais ici, que ces sensations fugaces sont nombreuses, et s'entremêlent et se croisent comme les vermicelles dans une grande casserole de bouillon sur le feu. Ce qui est surprenant, et rend l'ensemble assez étrange, c'est qu'ils ne m'apparaissent pas en ordre chronologique. Le récent côtoie l'ancien, le marquant suit le banal, le merveilleux se superpose au tragique. Et puis, bien sûr, comme mon séjour a été long, j'ai rencontré beaucoup de gens, de tous âges, de toutes sensibilités et de toutes intelligences. Chacun ayant son lot de souvenirs associés, le mélange des uns résulte inévitablement en le mélange des autres - certains ne s'étant personnellement jamais connus entre eux, cela démultiplie d'autant l'étrangeté de ce qui m'apparaît. La vieille Millie et son chien prennent le soleil sur la terrasse tandis que le petit Ernest court après un papillon, les Dupuis jouent aux cartes un soir d'hiver face aux frères Marco avec des dominos une après-midi de juin, des silhouettes vêtues de noir pleurent le décès de l'oncle Rémus tandis que Morgan le fou rit à gorge déployée des pitreries de son chat, la respiration sinistre de Monsieur Alfred ponctue les râles de plaisir des jeunes mariés Ergsson, et puis j'entends tout à coup les pleurs d'un bébé qui fait ses dents - peut-être bien le petit Jonas, à moins que ça ne soit l'adorable Sélina, je ne sais plus. Les souvenirs se succèdent et se superposent, dans un ballet hypnotique et reposant, plein de la douceur et de la mélancolie des temps passés. Oui, j'ai été témoin de nombreuses scènes ici, j'ai passé de très nombreuses années à observer les différents habitants qui s'y sont succédé, à suivre aussi assidument leurs vies que d'autres suivent les turpitudes virtuelles des personnages d'un soap-opéra. Jusqu'aux derniers, le couple Zholt. Ce ne sont pas les premiers à avoir remarqué ma présence, mais ce sont les seuls à s'en être alarmé. Et suite aux conseils de charlatans qui se prétendaient spécialistes, voilà qu'ils ont fini par brûler cette magnifique demeure, se suicidant accidentellement au cours de l'opération. Pauvres ignorants qu'ils étaient, les voici à présent partis pour l'autre monde, et la maison réduite à un tas de cendres. Pourtant, moi, je suis toujours là. Désormais seul et sans attaches. Je vais devoir me trouver un autre lieu à hanter, mais il me sera difficile de retrouver un aussi bel écrin pour les histoires humaines. Sans compter qu'au début de tout ça, c'était la maison dans laquelle je vivais, celle où je suis mort, celle où tout à commencé. Et où que je me décide à aller, c'est une qualité que je ne retrouverai jamais. Depuis tout à l'heure, alors que la lumière de l'aube commence à illuminer l'horizon, la neige tombe doucement, recouvrant le paysage d'un blanc uni. Malgré les quelques volutes de fumée qui s'échappent encore au milieu de ce malheureux gâchis, il est maintenant difficile de définir précisément où s'arrête la neige, et où commencent les cendres. C'est peut-être ce qui m'attend désormais : ne plus savoir exactement où s'arrête mon histoire ici, et où commencera mon histoire ailleurs.


Edit : correction du titre, parce que si je commence par ne pas le formuler pareil que tout le monde, ça ne va pas faciliter l'indexage ^^

Dernière modification par Tardian (01/01/2017 05:04:16)


profil 1916588943
« La haine est la seule passion accessible aux médiocres. Ils trouvent, à haïr, un semblant de grandeur. C'est pourquoi la haine est si commune et si facile à propager. » René Barjavel
                    
assassiné au JᶁȚ par Saad742

Hors ligne

 

Saad742, Tatiza aiment ça.

#35 02/01/2017 19:11:35

Aujourdhuit
Lieu : 962095,
Inscrit le : 9 juin 2011
Messages : 5708
Site web

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Tardian a écrit :

Edit : correction du titre, parce que si je commence par ne pas le formuler pareil que tout le monde, ça ne va pas faciliter l'indexage ^^

C'est pour ça qu'on a instauré le code que tu as suggéré ; ça permet de faire des variations de traduction sans perdre tout le monde. big_smile


«  Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »
Erik Satie

Projet Bradbury, écriture participative, c'est par ici !

Hors ligne

 

#36 02/01/2017 21:57:32

Homme
Aujourd'huit
Lieu : Pontgouin (28),
Inscrit le : 27 janvier 2012
Messages : 8627

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Non mais à la base j'avais écrit "2017-01", c'est pour ça que j'ai modifié par un copié-collé. big_smile


profil 1916588943
« La haine est la seule passion accessible aux médiocres. Ils trouvent, à haïr, un semblant de grandeur. C'est pourquoi la haine est si commune et si facile à propager. » René Barjavel
                    
assassiné au JᶁȚ par Saad742

Hors ligne

 

#37 06/01/2017 00:41:05

Femme
Aujourd'huit
Lieu : 916974,
Inscrit le : 29 avril 2014
Messages : 7257

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Un petit texte très court pour cette première semaine, j'étais pas hyper inspirée ^^'

2017. 1 - une histoire intitulée : "un nouveau commencement"

J'ai froid, pourquoi ? J'étais bien, loin de tout, juste seul avec moi même. Et là d'un coup, j'ai froid. Et je ne suis plus seul. Il y a d'autres personnes qui sont là, me touchent, me manipulent, m'observent. Parlent encore et encore ... Je veux qu'ils se taisent, qu'ils me lâchent. Laissez moi tranquille. Je ne comprend rien de ce qu'ils disent, je ne connais pas cette langue étrange. Et on continue encore de me porter et de me toucher, mais laissez moi tranquille à la fin ! Les voix se montrent insistantes, on dirait qu'ils me veulent quelque chose ils sont tous là à s'agiter autours de moi, mais qu'est-ce qu'ils me veulent ?! Je commence à en avoir vraiment marre, je crie, hurle pour qu'on me laisse tranquille, ça suffit ! Lâchez moi ! Ah ! Je les ai impressionnés ! Ils ont arrêté de parler dans tous les sens ! Comme quoi l'autorité ... Et comme pour se faire pardonner ils me donnent une couverture, j'ai chaud maintenant, je suis bien. Mais je suis fatigué ... Je voudrais me reposer, juste dormir, être au calme. On continue de me porter et me trimbaler partout, mais c'est beaucoup plus doux, et il y a moins de gens maintenant. Je me laisse faire, Je suis beaucoup trop fatigué pour tenter quoi que ce soit.
Finalement on me repose, je vais peut-être enfin pouvoir dormir. C'est quelqu'un d'autre qui me prend dans ses bras maintenant, c'est beaucoup plus doux encore, plus privé aussi. On me parle doucement, ça change, Je comprend tout maintenant. Tout ce qu'il s'est passé.
C'est le premier jour de ma nouvelle existence. Un nouveau commencement.


"Un comportement antisocial est un signe d'intelligence dans ce monde rempli de conformistes." - Nikola Tesla.

Hors ligne

 

#38 07/01/2017 11:50:46

Femme
Aujourduit
Lieu : Allons donc !,
Inscrit le : 29 avril 2011
Messages : 4068

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

2017. 1 - une histoire intitulée : "Un nouveau commencement"

Après cette dernière taffe, il écrasa sa cigarette de son pied, et garda la tête baissée. Le trouble l’assaillit comme à chaque fin de cigarette qu’il fumait seul dans le froid nocturne. Pourquoi est-il aussi con ? Il se le demandait tous les soirs. Tous les soirs, il espérait trouver la réponse entre deux souffles empoisonnés de nicotine. La réponse commençait à se dessiner et disparaissait avec la fumée. Chaque bouffée était plus compliquée pour lui car la réponse disparaissait de plus en plus vite.

Il pensait à la femme qu’il aime et à celle à qui il fait l’amour. La première ne le regardait plus car il l’avait bien trop blessé, parce qu’il était con, parce qu’il ne savait pas y faire, parce que si ça devient compliqué, il a peur. On n’a plus le droit d’avoir peur ici. Pour se redonner du courage, de l’apaisement, il avait rencontré la seconde. Elle lui donnait exactement ce dont il avait besoin : de la chaleur, de la tendresse et du silence pour penser à la femme qu’il aimait et qu’il ne pourrait sûrement jamais récupérer. Sa douce médicamenteuse ne demandait rien en échange. Elle aimait avoir sa tête contre sa poitrine nue et lui caresser les cheveux, ça la rassurait aussi d’une certaine manière.

Ce soir, il pensait à ses deux femmes. L’une inaccessible désormais et l’autre utile mais sans avenir. Comment avait-il put dire qu’il ne pouvait pas être avec elle ? Son amour le rendait pourtant heureux, mais la peur, encore elle, de ne pas être à la hauteur, de ne pas satisfaire tous ses désirs, l’avait fait fuir. Ce qu’il peut être con parfois. Elle était comblée avec lui, elle n’avait pas compris son départ, et elle avait pleuré leur histoire, de son début à sa fin, pour balayer tout reste d’émotion et ne ressentir qu’un grand vide.

Ce soir, il ressentait ce vide lui aussi. Nicotine, tristesse et mal être ne font pas bon ménage. Il avait le cœur lourd et n’en pouvait plus. Il se ralluma une cigarette et partit dans la nuit. Il continua de marcher pendant de longues minutes. Arrivé à destination, il écrasa sa cigarette avec ferveur et toqua à la porte de la seule femme qu’il ne pourrait jamais oublier. Le simple fait d’ouvrir une porte était d’une grande beauté quand c’était elle qui actionnait la poignée. Elle le regarda dans les yeux et attendit. Un long silence fut suivit par ses quelques paroles, un peu bêtes mais sincères :

« Salut. Je… Je veux un nouveau départ. Avec toi. Parce que sans toi je suis juste un triste con. T’en dis quoi ? »


We have such a responsibility to guide our young so that they don't end up falling apart, falling by the wayside, becoming insignificant.

Henry Barthes, Detachment


Coucou, c'est moi.

Hors ligne

 

#39 07/01/2017 12:38:49

Aujourdhuit
Lieu : 962095,
Inscrit le : 9 juin 2011
Messages : 5708
Site web

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Ça c'est de la participation, les choupis \o/ Merci pour vos textes !
Je vous commente d'ici peu, mais j'ai déjà mis à jour le récap'. smile


«  Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »
Erik Satie

Projet Bradbury, écriture participative, c'est par ici !

Hors ligne

 

Snurb, Tardian aiment ça.

#40 07/01/2017 18:25:02

Homme
Aujourd'hui, je sais l'écrire.
Lieu : Kapouet,
Inscrit le : 20 mai 2009
Messages : 13783

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Bonjour, j'ai fini ma nouvelle, c'est parti toootalement en couille, je m'en excuse grandement. big_smile

2017. 1 - une histoire intitulée : "Un nouveau commencement"

Spoiler : Afficher

Je sortis à peine de ma chambre que, déjà, je sentis une présence. Une présence à l'haleine fétide et au regard vitreux. La présence s'approcha de moi et, de toute la délicatesse dont peut faire preuve une présence, me tapa l'épaule. Avec force. Un peu trop fort, peut-être. Je tombai en avant.

- Mon gars ! lâcha la présence. Bien dormi ?

Cette fameuse présence en fait, c'était mon père. J'aime à dire qu'il est une présence parce que c'est le seul truc que je trouve à dire quand on me demande ce que devient mon père. "Bah, il est présent". Le fait que je sois étalé à terre semble peu le gêner, il me relève tant bien que mal par les épaules et me pose dos contre le mur. Il a l'air différent. C'est d'autant plus étrange qu'il n'a rien de différent ; son haleine fétide est toujours aussi fétide, son regard vitreux tellement vitreux qu'Olivier de Carglass en aurait eu une érection. Mais c'est derrière cette vitre brumeuse que se cachait quelque chose que je n'avais jamais vu chez mon père : de l'espoir. Ou peut-être qu'il s'était drogué, c'est possible aussi. J'ose espérer que ce n'était pas le cas, cela dit. Mes épaules sont enfin soulagées de leur gêolier. Je me frotte l'épaule droite.

- Mon gars ! répète la présence que je vais maintenant appeler "mon père" pour plus de cohérence, aujourd'hui est un nouveau jour ! Aujourd'hui, c'est un nouveau consentement !
- ..., dis-je.
- Quoi ?
- Ca serait pas plutôt un nouveau commencement ? répondis-je en insistant bien sur le "commencement".
- Ah oui ! même chose.
- Non.
- Si si.
- Vraiment pas, non. Puis c'est aussi le nom de cette nouvelle.
- De quoi tu ... ? Bon écoute, on va pas chipoter sur un mot au pif. Mon grand, aujourd'hui j'ai décidé de...

Il tourna la tête à gauche, puis à droite, dubitatif. Je compris dans son regard qu'il cherchait quelque chose sur lequel tapoter pour imiter le roulement de tambours. Finalement, faute d'objet adéquat, il choisit ma tête. Il faut dire qu'il était très grand, et moi très petit, du coup je devais très certainement ressembler de près ou de loin à un tambour à son échelle. J'imagine.

- ... Trouver un travail ! termina-t-il triomphalement en levant un bras vers le haut et posant l'autre sur le torse pour imiter César, sauf qu'il n'était pas très fort en histoire et son geste ressemblait bien plus au salut nazi, ce qui rendit la scène étonnamment ambiguë.

Voyant mon regard impassible et mes bras ballants, il me prit de nouveau par les épaules et me secoua :

- Mon gars, c'est un grand jour ! On va enfin pouvoir retrouver une vie normale !
- Bof.
- Comment ça, "bof" ?
- Je ne te connais que trop bien. Tu vas aller jusque là-bas, te rendre compte qu'en fait, t'en as plus envie, rentrer ici, boire, jeter des objets sur le mur et t'enfermer dans ta chambre.

Il mit le dos de sa main sur son front et détourna le regard, dans une scène qui aurait pu s'avérer hautement dramatique s'il n'avait pas oublié de descendre son autre bras imitant toujours le salut nazi. Puis il tourna à nouveau le regard dans ma direction, fronça les sourcils et me regarda d'un air qui aurait presque pu s'avérer convaincant.

- Je t'assure que ça n'arrivera pas, mon fils. Ton père va changer, je te l'assure.
- Il va surtout SE changer, parce que tu portes ces vêtements depuis au moins une semaine et tu empestes la bière.

Il fronça les sourcils davantage encore, à tel point qu'on aurait pu croire soit qu'il était soudainement devenu asiatique soit qu'il avait une très forte diarrhée. Ou même les deux à la fois. Il ouvrit la bouche une première fois, puis la ferma. Puis de nouveau la rouvrit, et resta ainsi bouche bée pendant quelques secondes avant de la refermer. Il semblait réfléchir à toute allure. C'était une vision tellement peu fréquente que je fus à deux doigts de lui demander s'il allait bien. Sauf qu'il prit la parole avant moi et lâcha fièrement :

- Jabba roi.
- ... Hein ? Qu'est-ce que Jabba a à voir avec tout ça ?
- Bar à joie ! Jarre à bois !
- Rabat-joie, plutôt, non ?
- AAAAAH OUI VOILA.
- Voilà.
- T'ES TROP INTELLIGENT.
- Oui.

Mon père se dirigea alors vers le salon, prit un journal qui traînait sur la table basse, l'ouvrit devant moi, pointa fièrement du doigt une des petites annonces du journal et me demanda de lire.

- Déjà, si t'enlevais ton doigt, ça irait peut-être mieux, dis-je.
- AH OUI ! Pardon.

Sur le journal était écrit, en caractères minuscules, « CHERCHE QQUN POUR MANGER. PAYE BIEN ».

- Ça ne veut pas dire grand-chose.
- Mais si ! Sûrement une personne âgée à la recherche de compagnie lors du dîner. Je suis de très bonne compagnie, dit-il en enfonçant allègrement son index dans sa narine droite.

Après quelques heures de douchage, de brossage de dents et de toute autre chose qu'un père fait dans une salle de bain et qui, disons-le, ne me regarde vraiment pas, il sortit enfin, habillé élégamment et dégageant une fragrance étonnamment agréable. La surprise fût telle que j'en tombai à la renverse. Enfin, pas vraiment, parce que j'étais déjà vautré dans mon fauteuil à jouer à Call of Duty, donc disons que je m'en enfonçai encore plus dans mon fauteuil.

- Je suis prêt ! énonça-t-il fièrement. Souhaite-moi bonne chance.
- Gh, fis-je, la surprise étant telle qu'aucun mot ne semblait vouloir sortir de ma gorge.
- Ça me touche.

Il se dirigea vers la porte d'entrée et sortit en chantonnant.

Je ne le revis plus jamais. Il se trouve que la personne à l'origine de la petite annonce était effectivement, comme l'avait prédit mon père, une personne âgée. Elle était aussi à la recherche de quelqu'un pour dîner. Mais c'est bien là que mon père avait tout faux ; elle était à la recherche de quelqu'un pour dîner, point. Et mon père se révéla savoureux, selon son propre aveu.
Et comme j'ai bien conscience que la fin de cette histoire est beaucoup trop sombre par rapport au reste et que vous ne vous attendiez probablement pas à ça et que je ne voudrais pas que vous soyez déprimés par ma faute, voici quelques mots qui, je l'espère, vont vous mettre du baume au cœur : chaton mignon.

FIN


I want to fly / I want to feel my life / Still belongs to me no matter what
I want to fly / I want to flap my wings / And cause a hurricane in your heart

Hors ligne

 

#41 07/01/2017 18:40:14

Femme
Aujourduit
Lieu : Allons donc !,
Inscrit le : 29 avril 2011
Messages : 4068

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Yosuke : Bordel, j'adore ton style ! J'espère que tu continueras d'écrire les nouvelles ici, parce que clairement j'ai souris tout du long de la nouvelle, même à la fin (même si j'avais un peu deviné que ça se terminerait comme ça, peut-être que je regarde trop de trucs bizarre...) !


We have such a responsibility to guide our young so that they don't end up falling apart, falling by the wayside, becoming insignificant.

Henry Barthes, Detachment


Coucou, c'est moi.

Hors ligne

 

Tardian aime ça.

#42 07/01/2017 18:51:33

Homme
Aujourd'hui, je sais l'écrire.
Lieu : Kapouet,
Inscrit le : 20 mai 2009
Messages : 13783

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Ahaha merci ! Pour être honnête, au début je suis parti sur un truc sérieux, mais ça me menait nulle part, et à chaque fois je finissais par raconter des conneries après quelques paragraphes sérieux. Du coup je me suis dit fuck this shit et je suis parti totalement dans mon délire.

Mais ouais, pour la fin, ça me semblait totalement couler de source en vrai, donc je dois regarder autant de trucs bizarres que toi si ça peut te rassurer. roll


I want to fly / I want to feel my life / Still belongs to me no matter what
I want to fly / I want to flap my wings / And cause a hurricane in your heart

Hors ligne

 

Snurb aime ça.

#43 08/01/2017 05:23:37

Homme
Aujourd'huit
Lieu : Pontgouin (28),
Inscrit le : 27 janvier 2012
Messages : 8627

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

J'ai a-do-ré ! Comme Snurb, j'ai gardé le sourire tout du long (heureusement, je vis seul, sinon je pense que ça aurait même pu être flippant pour un observateur extérieur), et j'ai même parfois lâché un esclaffement pour ponctuer l'une ou l'autre des petites vannes dont tu as parsemé ton récit. La fin était attendue (lecteur de trucs chelous spotted), mais justement à cause de (ou grâce à) ça, j'en ai trouvé le texte d'autant plus drôle. Comment qu'on dit, déjà, sur CoD ? Ah, oui : GG ! big_smile


profil 1916588943
« La haine est la seule passion accessible aux médiocres. Ils trouvent, à haïr, un semblant de grandeur. C'est pourquoi la haine est si commune et si facile à propager. » René Barjavel
                    
assassiné au JᶁȚ par Saad742

Hors ligne

 

#44 08/01/2017 11:15:57

Femme
Aujourd'huit
Lieu : 916974,
Inscrit le : 29 avril 2014
Messages : 7257

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Yosu : aha moi aussi j'avais deviné la fin ( mais bon est-ce que ça étonne qui que ce soit ici ?... ) Mais j'adore ta manière d'écrire !


"Un comportement antisocial est un signe d'intelligence dans ce monde rempli de conformistes." - Nikola Tesla.

Hors ligne

 

#45 10/01/2017 00:53:39

Homme
Aujourd'huit
Lieu : Pontgouin (28),
Inscrit le : 27 janvier 2012
Messages : 8627

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

2017. 2 - une histoire sur le fait de se montrer à la hauteur

Spoiler : Afficher

Je vais y arriver, je vais y arriver, je peux le faire ! Bon sang, j'ai dix ans d'armée à mon actif, j'ai toujours été au top du top, j'ai parcouru des dizaines et des dizaines de bornes avec un barda à peine moitié moins lourd que moi, j'ai fait deux stages commando dans la jungle, j'ai appris à me nourrir de poisson vivant, j'ai déjà fait des gardes de nuit sans dormir pendant trois jours, j'ai passé des semaines à survivre en zone de guerre, j'ai escaladé des pentes à quatre-vingt pourcents, j'ai installé des campements dans des arbres avec trois ficelles et deux bouts de bois, j'ai mis hors d'état de nuire des types qui faisaient deux fois mon poids, j'ai deux médailles du mérite, je mets dans le mille à cent mètres avec un bras dans le dos et un œil caché, je suis le meilleur grimpeur à la corde lisse de tout le régiment, j'ai survécu à l'explosion d'une mine sous mon véhicule de patrouille sans une égratignure, j'ai réussi à extraire douze de mes camarades d'un bâtiment effondré, et je me suis tatoué le crâne moi-même ! Je peux y arriver, je vais y arriver !
Tiens bon, mon trésor, Papa n'a encore jamais changé de couche, mais il fera de son mieux !

Dernière modification par Tardian (10/01/2017 00:55:42)


profil 1916588943
« La haine est la seule passion accessible aux médiocres. Ils trouvent, à haïr, un semblant de grandeur. C'est pourquoi la haine est si commune et si facile à propager. » René Barjavel
                    
assassiné au JᶁȚ par Saad742

Hors ligne

 

#46 11/01/2017 22:15:30

Femme
Aujourd'hui, je sais l'écrire.
Lieu : ,
Inscrit le : 21 mars 2014
Messages : 26107

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Sachez que j'ai écrit une histoire pour le thème 14 (histoire vue du point de vue du méchant) et comme je suis moi-même très méchante que Saad à côté c'est un ange, je vous le dis maintenant.

Wow, ça faisait tellement longtemps que je n'avais rien écrit (enfin si, recopié du Alphonse Allais mais c'est pas pareil) big_smile

A dans 12 semaines si l'Apocalypse ne m'a pas précédée.


Si vous arrivez en retard, dites :
"C'est que je ne suis pas le premier venu".
Alphonse Allais

Hors ligne

 

Hendiadyn, Kayru, Snurb, Tardian aiment ça.

#47 11/01/2017 23:02:28

Aujourdhuit
Lieu : 962095,
Inscrit le : 9 juin 2011
Messages : 5708
Site web

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Comme Tataz, j'ai écrit des trucs pour deux thèmes à venir,mais le thème n°2, toujours pas pour l'instant tongue


«  Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »
Erik Satie

Projet Bradbury, écriture participative, c'est par ici !

Hors ligne

 

#48 12/01/2017 00:38:33

Homme
Aujourd'huit
Lieu : Pontgouin (28),
Inscrit le : 27 janvier 2012
Messages : 8627

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Pour ma part, j'ai pris comme contrainte de ne réfléchir à l'avance que sur le thème suivant (et uniquement après avoir participé pour le thème en cours), afin de m'obliger à me concentrer sur une étape à la fois, et dans le but, si possible, de tenir la distance (donc, dans l'idéal, de finir l'année avec 52 participations - car mes défauts d'écriture sont le manque de régularité et le décrochage, ce que j'espère corriger un minimum grâce à ce projet).


profil 1916588943
« La haine est la seule passion accessible aux médiocres. Ils trouvent, à haïr, un semblant de grandeur. C'est pourquoi la haine est si commune et si facile à propager. » René Barjavel
                    
assassiné au JᶁȚ par Saad742

Hors ligne

 

#49 13/01/2017 15:31:33

Aujourdhuit
Lieu : 962095,
Inscrit le : 9 juin 2011
Messages : 5708
Site web

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

C'est parce que tu es sérieux, toi.
D'ailleurs, les deux derniers textes, celui de Yosu et le tien m'ont fait bien sourire aujourd'hui, et c'est cool. Un grand merci à vous, j'en avais besoin ♥

Récap' mis à jour.

On est donc sur le deuxième sujet, cette semaine : Une histoire sur le fait de se montrer à la hauteur / de relever un défi. Lancez-vous, voire racontez que vous arrivez pas à faire un texte sur ce sujet-là, ce serait étonnamment... Dans le sujet big_smile

Dernière modification par Hendiadyn (13/01/2017 17:26:26)


«  Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »
Erik Satie

Projet Bradbury, écriture participative, c'est par ici !

Hors ligne

 

#50 13/01/2017 16:10:52

Aujourdhuit
Lieu : 962095,
Inscrit le : 9 juin 2011
Messages : 5708
Site web

Re: Projet Bradbury -> 52 Sujets pour 52 Nouvelles [Ouvert à tous !]

Oh et allez, sur une idée idiote (et pour débroussailler un peu le thème n°5 qui est celui en cours sur Scribay (je ferai un truc plus développé là-dessus quand ça tombera ici) :

big_smile

Tu avances.
Les petites maisons alignées, parfaitement british avec leur sous-sol enfenestré et leur petites briques blanches, te regardent, l'air cool. Tu as peur. T’as beau te breafer tous les matins devant le miroir, rien n’y fait. C’est le trac, tu n’y peux rien.
Pourtant, tu aimais bien jouer, avant. Tu égrenais les mots comme des billes, tu répétais pensivement les syllabes, que tu remâchais comme des bonbons. Ça n’engageait à rien, c’était fun.
Mais on t’a expliqué à l’école que tu faisais des fautes et que ce n’était pas comme ça qu’il fallait parler. Tu t’es senti mal, tu t’es vu le dernier des losers. Tu as eu honte.
Maintenant que tu es dans la Ville, avec les bus rouges, le Big Ben et le London Eye, plus d’échappatoire possible. Tu regardes la vendeuse, elle te salue. Tu prends une grande inspiration.
Flash-back sur l’air pincé de la prof, qui t’a dit un jour que tu réussirais jamais à avoir correctement l’accent.

- Sorry, I’m french, I don’t speak english very well…

At least, tu l’auras sortie, ta première phrase en anglais. C’est un début.

Dernière modification par Hendiadyn (13/01/2017 16:14:32)


«  Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas. »
Erik Satie

Projet Bradbury, écriture participative, c'est par ici !

Hors ligne

 

Kayru, Snurb aiment ça.

Pied de page des forums

Powered by FluxBB